Avoir un temps d’avance pour répondre à l’imprévu

Par Alexandre Sanz, chef du Service interministériel de défense et de protection civiles de la préfecture de l’Yonne


JPEG - 11.7 ko
Le camion accidenté s’est mis en travers de l’autoroute. Source : Gendarmerie de l’Yonne

Jeudi 17 décembre 2009, 1 h du matin. En raison des pluies verglaçantes, un camion transportant des bovins se renverse sur l’autoroute A6, dans l’Yonne. Le 38 tonnes est couché en travers de la chaussée, rendant l’autoroute impraticable. Dans quelques heures, les vacanciers traverseront en masse le département pour rejoindre les stations de sports d’hiver...


JPEG - 11.4 ko
Le centre opérationnel départemental © Préfecture 49, service Communication
Le centre opérationnel départemental coordonne l’action des différents acteurs de la gestion de la crise

Dès qu’il a connaissance de l’événement, le directeur de cabinet du préfet demande l’activation immédiate de la cellule de crise de la préfecture. Il faut vite rétablir la praticabilité du réseau et surtout s’enquérir du sort d’éventuelles victimes. Le Service interministériel de défense et de protection civiles (SIDPC) entre en action. Chargé d’assister, en permanence, le préfet dans la prévention des risques et la gestion des crises, il exerce ses missions en relation étroite avec les services déconcentrés de l’État, le service départemental d’Incendie et de secours (sapeurs-pompiers), les collectivités territoriales et les opérateurs publics et privés.

Face à l’aléa, aucune improvisation

La cellule de crise est en place. Sous l’autorité du directeur de cabinet, elle réunit des représentants des services concernés par la gestion de l’événement. Le dispositif Orsec « Autoroute », qui prévoit les modalités d’engagement des moyens de secours, est mis en œuvre :

  • premiers intervenants sur les lieux du sinistre, les gendarmes procèdent aux constatations judiciaires habituelles et découvrent trois personnes blessées dans un véhicule accidenté qui suivait le camion mis en cause ;
  • les sapeurs-pompiers s’activent pour désincarcérer les victimes ;
  • le préfet de la zone de défense et de sécurité organise les déviations sur le réseau routier du secteur pour éviter la formation de ralentissements qui s’étendraient sur plusieurs départements ;
  • la société concessionnaire chargée de l’exploitation de l’autoroute avertit les automobilistes très peu de temps après l’accident : un panneau à message variable signale « Bouchon à 9 km. Prudence », puis quelques minutes plus tard « Sortie 20 obligatoire. A6 fermée » et enfin, 65 kilomètres en amont de l’accident, les panneaux indiquent l’itinéraire de délestage. Entre 1 h et 9 h 30, l’événement a été annoncé 37 fois à la radio sur la fréquence 107.7 ;
  • un transporteur est réquisitionné pour rassembler et conduire les animaux survivants vers leur lieu de destination, l’Italie ;
  • il faut aussi abréger les souffrances des animaux gravement blessés, cette tâche est confiée à l’Office national de la faune sauvage et de la chasse.
    JPEG - 23.9 ko
    Un des taurillons survivants de l’accident. Source : Gendarmerie de l’Yonne

Le SIDPC, comme un chef d’orchestre

Qui aurait pensé que pour un tel événement, autant de professionnels aux compétences si différentes seraient amenés à intervenir ? C’est toute la raison d’être du SIDPC [1] : structurer, animer, tester le réseau d’acteurs de la prévention des risques et de la gestion des crises pour que le moment venu, ils puissent travailler ensemble et rétablir au plus vite les conditions d’une activité normale, au service de la collectivité.

PNG - 87.8 ko
La gestion de crise © CRDP de Versailles / SC

Peu de place est laissée à l’improvisation. Les plans de secours définissent le rôle de chaque acteur (secours et sauvetage pour les sapeurs-pompiers, maintien de l’ordre public pour la police ou la gendarmerie…) et recensent les moyens utiles et disponibles pour la gestion du sinistre (sites d’hébergement d’urgence, ressources pour activer une cellule d’information du public…). L’élaboration de ces documents constitue le travail de planification de la réponse de sécurité civile. Une « disposition spécifique Orsec » est comme une partition de musique où chacun à sa partie à jouer et le SIDPC est le chef d’orchestre chargé de veiller à l’harmonie de l’ensemble.

En moins de trois heures, toutes traces de l’accident ont disparu et l’autoroute est rouverte à la circulation. Les vacanciers peuvent traverser la région en toute quiétude

Notes

[1Dans le domaine de la prévention, le Service interministériel de défense et de protection civiles contrôle la conformité des bâtiments et des grandes infrastructures aux normes de sécurité. Il supervise l’élaboration des plans visant à prévenir les risques de catastrophe naturelle ou technologique recensés dans le département ainsi que les documents réglementaires informant les élus locaux et le public. C’est également le SIDPC qui est chargé de diffuser aux pouvoirs publics et aux entreprises les mesures de protection dans le cadre du plan Vigipirate.