Qu’est-ce que la vigilance météo ?

Se protéger d’un risque commence par en connaître l’existence. Parmi les différents outils mis à disposition de tous, la vigilance météorologique permet d’anticiper l’arrivée de phénomènes dangereux dans les 24 heures à venir.
Que signale cette vigilance et quels comportements implique-t-elle ? Quelques explications pour comprendre cet outil tout public, afin de mieux l’utiliser.

La vigilance météorologique est conçue pour informer la population et les acteurs de secours de l’arrivée de phénomènes météorologiques et hydrologiques dangereux en métropole et transmettre les comportements réflexes associés.

Un exemple : la carte de vigilance du 18 juin 2013 (16 h)
http://vigilance-public.meteo.fr
Carte de vigilance du 18 juin 2013 (16 h) - http://vigilance-public.meteo.fr

Des cartes pour éveiller l’attention

En 1999, deux tempêtes importantes traversent la France et causent de graves dégâts. Jusqu’alors, Météo-France avertissait les services de l’État et les services de secours d’un événement en leur donnant des éléments propres à caractériser l’aléa (force de vents, direction, etc.) mais sans qualifier le niveau de danger. De plus, ces avertissements n’étaient pas diffusés au public. Depuis 2001, la procédure de vigilance est destinée à tous et indique un niveau de vigilance et des comportements associés. Ainsi, chacun peut se préparer et s’adapter aux conditions météorologiques. L’information est aussi transmise aux services de l’État pour leur permettre de réagir rapidement en cas de catastrophe.

Attention, la vigilance n’est pas l’alerte. La vigilance permet d’éveiller l’attention. C’est une information transmise aux autorités publiques pour qu’elles puissent mobiliser leurs services. L’alerte de la population est une décision prise par une autorité (souvent le maire ou le préfet) de déclencher le signal d’alerte.

La vigilance météorologique est composée d’une carte de la France métropolitaine actualisée au moins deux fois par jour à 6 h et à 16 h. Elle signale si un danger menace un ou plusieurs départements dans les prochaines 24 heures. Pour plus de précisions, en cas de vigilance orange ou rouge, des bulletins de suivi sont émis aussi souvent que nécessaire. Ils décrivent le phénomène en cours, son évolution dans les heures à venir, ses conséquences probables et les comportements à adopter. Cette carte de vigilance ne concerne que la métropole et la Corse (ainsi qu’Andorre) car chaque département ou communauté d’outre-mer dispose de son propre système de vigilance météorologique.

La carte et les bulletins de vigilance sont disponibles en permanence sur http://meteofrance.com/vigilance
Pour accéder aux bulletins de vigilance, il suffit de cliquer sur le département désiré.

La carte de vigilance donne une information sur le risque, à l’échelle du département. Pour certains phénomènes, les limites techniques actuelles ne permettent pas une plus grande précision. De plus, ce choix d’échelle est aussi lié à l’organisation de la sécurité civile française et au rôle majeur du préfet de département dans la gestion des risques. C’est pourquoi l’information fournie par la carte est homogène pour tout le département même si, parfois, le risque météorologique est plus localisé.

Ne pas percevoir les effets d’un phénomène ayant déclenché une vigilance ne signifie pas que Météo-France ait lancé une fausse alarme. Il se peut que le département n’ait finalement été touché qu’en partie.

9 phénomènes météorologiques surveillés

Depuis 2001, le système de vigilance a bien évolué et les aléas surveillés se sont multipliés pour répondre aux besoins actuels.

  • Vent violent (depuis 2001)
  • Orages (depuis 2001)
  • Neige-verglas (depuis 2001)
  • Canicule (depuis 2004)
  • Grand froid (depuis 2004)
  • Pluie-inondation (depuis 2007, mais depuis 2001 en ce qui concerne les fortes précipitations), la vigilance est coproduite avec le service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (Schapi).
  • Inondation (depuis 2011), la vigilance « inondation » est aussi coproduite avec le Schapi. Elle se distingue de la précédente car l’inondation peut durer plus longtemps que la période de précipitation et/ou être causée par d’autres phénomènes (comme la fonte des neiges) [1].
  • Vagues-submersion (depuis 2011), la vigilance sur ce phénomène est coproduite avec le service hydrographique et océanographique de la marine – le Shom).

Pour plus d’informations sur les dangers météorologiques.

Les niveaux de vigilance et les comportements associés

La carte de vigilance fonctionne sur la base de quatre niveaux de vigilance : verte, jaune, orange et rouge. Selon la situation et le niveau de vigilance, chaque département est coloré (en cas de vigilance vagues-submersion, c’est le littoral concerné qui est coloré). De plus, en cas de vigilances orange ou rouge, le phénomène attendu est représenté sur la carte par un pictogramme.

La vigilance Météo-France ne traduit pas seulement l’arrivée d’un phénomène météorologique majeur. Bien que ce soit une information prépondérante, la vigilance est aussi fixée en fonction des enjeux et de la vulnérabilité de la zone qui va être impactée [2]. La détermination du niveau de vigilance se fait donc au cas par cas, par un ingénieur de Météo-France, sur la base de critères régionaux (et non de formules).

La carte de vigilance est donc un outil d’information destinée à tout le monde. Elle permet à chacun d’anticiper l’arrivée d’un phénomène météorologique dangereux, et notamment en évitant de s’exposer au danger. Être vigilant, c’est au minimum se renseigner sur les conditions météorologiques avant toute activité extérieure.

Quelle attention pour quel niveau de vigilance ?

En savoir plus

Comprendre les niveaux de vigilance jaune, orange et rouge : 3 vidéos.

Expliquer les comportements à adopter et les phénomènes surveillés : une carte interactive, un guide pratique de la vigilance, un poster.

Suivre le niveau de vigilance par département en France ou à l’échelle de l’Union européenne.

Connaître les conséquences et les comportements à adopter suivant le phénomène météorologique : Conséquences et conseils.

Notes

[1Météo-France coproduit la vigilance pluie-inondation et inondation avec le Schapi et le réseau des services de prévision des crues. Le principe de fonctionnement de la vigilance « crues » est le même : production de deux cartes de vigilance par jour, accompagnées au besoin de bulletins de suivi. Le suivi des crues des rivières peut se faire sur : http://www.vigicrues.gouv.fr/
Les niveaux de vigilance partagent le même code couleur. Pour la vigilance « crues », seules les rivières sont coloriées selon le risque de crue dans les 24 heures. Météo-France reprend cette information et l’affiche au niveau du département. Néanmoins, la vigilance météorologique ne se base pas que sur le niveau des rivières pour choisir le pictogramme (pluie-inondation ou inondation) et déterminer son niveau de vigilance. En effet, elle tient aussi compte des fortes pluies (causes probables d’inondation).

[2Ainsi, la définition du seuil de vigilance reprend le modèle : risque = aléa x vulnérabilité. La vigilance est une combinaison entre un phénomène dangereux et des enjeux et vulnérabilités locaux. Quelques centimètres de neige peuvent suffire à déclencher une vigilance orange à Paris mais pas à Chambéry. De même, dans les zones où le mistral souffle habituellement, les critères de vents forts sont plus hauts qu’ailleurs.